Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année a

2020-A-Jn 3, 16-21- mercredi 2e semaine de Pâques- Dieu a envoyé son fils

Dieu a envoyé son fils dans le monde. Réfléchissons un peu. Quand je suis envoyé, j’accepte de délaisser, de me distancer de quelque chose, d'une personne, pour m’approcher d’une autre chose ou de quelqu’un d'autre. Je délaisse un milieu, je quitte une situation pour quelque chose d’autre, temporairement ou en permanence. Le mot implique deux mouvements : celui de sortir et celui d’arriver ailleurs. C’est une sortie de quelque chose pour entrer dans quelque chose. Tout envoyé délaisse une situation ou prend une distance face à quelqu’un. Envoyer quelqu’un ou être envoyé c’est accepter de changer de situation, de sortir d’une situation précise pour aller vers une autre situation.

2020-A-Jn 6, 35-40 - mercredi 3e semaine de PÂQUES- diminuer et croître

Autrefois, Dieu se rendait visible dans la manne qui tombait du ciel. Ce rendez-vous de Dieu avec nous est devenu vérité dans l’étable de Bethléem. Et le verbe s’est fait chair. Maintenant, Dieu se rend visible sous une autre forme. Prenez et mangez, ceci est mon corps. Il ne s’agit pas seulement de savoir cela, mais d’expérimenter que c’est maintenant dans nos étables, nos pauvretés, nos cœurs que le Verbe se fait chair. Et cela change tout.

2020-A-Mc 16, 9-15- samedi octave de Pâques- désir émergeant de vivre

Tout au long de cette octave, nous avons écouté des récits de différentes apparitions de Jésus. En écoutant ces récits, les auteurs confirment que la résurrection de Jésus est plus que celle d’un seul homme. C’est aussi celle de chacun de nous. Pour les voyants du vivant, la vie n’est plus comme avant, attestent les sources chrétiennes.

Ces récits présentent un modèle de réussite de toutes les résurrections minimes et humbles, grandes ou petites qui se vivent chaque jour autour de nous. En nous. Jésus ne se montre pas pour prouver qu’il a vaincu la mort. Il se montre pour attester que la mort ne tue pas la vie.

2020-A- Lc 24, 13-35 - mercredi octave de Pâques- Emmaüs, chemin de rencontre

Ce n’est pas un récit d’apparition de Jésus. C’est un récit qui insiste sur la reconnaissance d’une présence. Seul l’évangéliste Luc présente le vivant qui passe plusieurs heures avec les disciples en partageant leur route, leur déception, discutant avec eux, marchant avec eux sur le chemin du retour à leur «ancienne» vie, prenant le temps de s’asseoir à leur table comme il l’avait fait si souvent auparavant.

Voilà deux disciples qui n’attendaient plus rien de Jésus. Malgré leur foi éteinte, ils ne cessaient de penser à Jésus. Ils se remémoraient ce qu’ils avaient vécu avec lui. Le bruit que des femmes l’auraient vu vivant ne dissipait pas leur découragement, leur doute.

2020-A- Jn 8, 31-42 - mercredi 5e semaine Carême- maître de la loi ou de la vie

À chacune des pages des quatre évangiles se dégage un affrontement entre deux façons de vivre en «religieux» : avec un cœur endurci ou avec un cœur compatissant.

Le cœur endurci est un cœur idolâtre qui ne voit pas les autres. Vous avez des yeux et ne voyez pas (cf. Mc 8, 18). Jésus observe chez ses interlocuteurs qu’un cœur endurci conduit à des litiges, à la guerre, à l’égoïsme, à la destruction du frère, à oublier la générosité de Dieu, sa gratuité offerte à tous. Ce cœur est sans cœur, sans compassion.

2020-A-Jn 11, 45-57 -samedi 5e semaine Carême- à partir de ce moment-là

Sa vie durant, Jésus est entré dans des villes et des villages rébarbatifs. Son entrée à Jérusalem est du même ordre. Pour les gens simples, les pauvres, les malades, les exclus par le poids de la loi et d’un système social oppressif, Jésus est un solutogénétique[1]. Pour les notables, Jésus est plutôt un perturbateur de l’ordre social, un citoyen dangereux, un hors la loi, parce qu'il mange avec tout le monde, parce que ses amis sont des exclus [c]es chassés du paradis de la loi, pour citer un pasteur engagé dans l’action sociale. Son empressement à offrir le pardon de Dieu sans exiger en retour des gestes sacrificiels (ex. : acheter un agneau, puis l’immoler) est perçu comme blasphématoire.

2020-A-Lc 1, 26-38 - annonciation de Marie

S’il y a un instant où il faut se réjouir avec éclat, rehausser l’allure d’une fête, se taire pour ne pas dire des paroles creuses, c’est bien en ce jour où un envoyé du ciel annonce à Marie une nouvelle tellement incroyable qu’elle doit être vraie : le Fils de Dieu devient fils d’une vierge. Dieu revêt l’homme et une femme devient mère de Dieu. Incroyablement vrai !

2020-A- Jn 7, 40-53 -samedi 4e semaine du carême- attiré par Jésus

En préparant cette réflexion, une question m’a bouleversée. Est-ce que je suis attiré par ce Jésus qui semble insouciant devant les menaces de mort à son endroit; ai-je seulement de la pitié pour lui ? Qu’est-ce qui m’attire et me séduit chez le plus beau des enfants des hommes dont la réputation est d’être un mamzer, quelqu’un né hors mariage et en délit de paternité[1]?

Contrairement à l’expérience amoureuse où c’est l’attirance esthétique qui déclenche un mouvement vers l’autre, contrairement à la richesse qui attise les rêves les plus fous, c’est le questionnement sur son identité qui m’attire vers Jésus. Qui est Jésus ? D’où vient-il ?

2020-A-Lc 18, 9-14- samedi 3e semaine Carême- bien se présenter devant Dieu

Nous venons d’entendre le récit de nos vies. Qui d’entre nous, quand on lui demande de se présenter ou de parler de lui, mettrait spontanément en avant ses défauts, ses faiblesses, ses parts d’ombre ? Quand il s’agit de parler de nous, la première attitude est celle de bien nous présenter. C’est bien cela qui, ce matin, est au centre de l’évangile.

2020-A-Mt 5, 17-19 - mercredi 3e semaine Carême- vers un mode de compassion

Nous ne saisirons jamais assez qu’il y a une distance abyssale, presque infranchissable, entre la pratique de la loi enseignée par les professionnels de la religion au temps de Jésus, comme d’ailleurs aujourd’hui, et la manière dont Jésus l’entrevoit.

Il n’est pas venu abroger la loi, mais l’accomplir. Les auteurs modernes affirment qu’il s’agit d’une parole assurément prononcée par Jésus. L’accomplir dit toute sa nouveauté provocatrice. Jésus laisse entendre que la loi est mal pratiquée. La nouveauté est le passage d’une pratique tout extérieure à celle du cœur. Jésus ne propose pas un nouveau code de loi pour régler les problèmes.

Pages

S'abonner à Année a