Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Textes récents

2022-C-Mt, 10, 24-33- samedi de la 14e semaine ORDINAIRE- entrons dans la danse divine

À contempler en profondeur ce matin, trois belles images : regarder les oiseaux du ciel, contempler le lys des champs et celle de ne pas servir deux maîtres. Sous ces images, Matthieu présente un Dieu qui n’est pas l’éternel menaçant dont le regard ne broie que du noir. Il présente un Dieu qui sait contempler notre beauté profonde, celle de notre monde ; un Dieu capable d’entrer en relation d’amour avec toute la création.

2022-C-Mt 10, 1-7 -mercredi de la 14e semaine ORDINAIRE-qu'est-ce que ce choix ?

Je suis toujours ému en lisant ce choix de Jésus qui ne s’appuie sur aucun CV remarquable. Jésus ne manifeste aucun intérêt à rechercher des candidats ayant une grande compétence administrative et jouissant d’un leadership reconnu. Il ne recherche pas des candidats reconnus pour leur intelligence supérieure et capables d’entreprendre des études doctorales en science de la religion. En privilégiant des gens ordinaires, sans compétences universitaires, Jésus répond à la question pour vous qui suis-je ? Il laisse voir autrement, Dieu (Raphael Buyse).

2022-C-Mt 9, 14-17;- samedi de la 13e semaine ORDINAIRE-dé-croire pour croire.

Il est difficile de comprendre Jésus si l’on n’entre pas profondément dans son « intérieur ». C’est l’intelligence de la vie humaine de Jésus autant qu’il se peut qui est capitale, écrit Marcel Legaut, pour saisir son attitude face aux questions qui lui sont posées. C’est en partant de l’homme Jésus, du Jésus humain, que nous saisissons que ses réponses ouvrent sur du neuf impossible à coudre sur du vieux. Chaque réponse de Jésus appelle à une mise à jour de notre compréhension pour retrouver l’esprit de Jésus.

2022-C-Mt 7, 15-20 - mercredi de la 12e semaine ORDINAIRE-rêvons d'un beau fruit

l y a toute sorte de fruits : ceux que l’on cueille pour s’en nourrir, que l’on savoure avec joie ; ceux que l’on rejette parce que rabougris et qui empoisonnent nos regards. Il y a des fruits qui embellissent nos saisons, d’autres nous font désespérer si nous ne savons pas leur donner une année de plus avant de les arracher (cf. Lc. 13, 7).

Jean de la Croix, pour qui sait s’en approcher même de loin, attire notre attention sur le désir de Dieu qu’aucun désir immédiat, matérialiste ne semble étouffer. Matthieu présente ce désir sous l’image d’un beau fruit à porter. Quelqu’un, plus exactement quelqu’une, Mirabai Starr, philosophe des religions, parle de ce désir comme un aimant, le plus précieux du monde, qui est entré dans nos vies et dont le baiser d’amour ne nous quitte jamais.

2022-C-Lc 2, 41-51- coeur immaculée de Marie- exercer notre 3e oeil.

Marie, comme toute mère ou tout père, n’a pas eu la vie facile. Ne spiritualisons pas trop vite cette recherche de son fils. Elle a passé sa vie à le chercher. Tout parent éprouve cela, ne pas savoir où est leur fils remue de fortes émotions et fait craindre le pire.

Il est facile à comprendre que les parents n’oublient pas de sitôt les événements quand ils perdent de vue leur enfant. Devant cette recherche du fils perdu, Luc dit simplement que Marie retenait tous ces événements. La situation la faisait beaucoup réfléchir. C’est normal tellement son cœur de mère était un cœur sensible.

2022-C-Lc 9, 11-17- fête du Corps et du Sang du Christ- Dieu a faim de nous

Un mot ce matin, souviens-toi. Cette Fête-Dieu comme on l’appelait autrefois, cette fête du corps et du sang du Christ, est le sacrement de la mémoire. Nous insistons beaucoup sur ce qu’a fait Jésus, nous oublions ce qui se passe dans ce qu’a fait Jésus.

Ce qui se passe est déraisonnable. L’abaissement de Jésus est déraisonnable. Personne ne lui ravira sa dernière place (Charles de Foucauld). Devant cet abaissement, nous avons une «petite foi». Nous comprenons sans comprendre.

2022-c-Jn 16, 12-15- Trinité- Un Dieu dans avec nous

Ô Seigneur notre Dieu qu’il est grand ton nom par tout l’univers. J’ai encore beaucoup de choses à vous dire. En quelques mots, Jésus exprime que nous n’aurons jamais fini de saisir Dieu. Ce que cette fête nous dit : Dieu est relation, communion. Un psaume chante : ne jamais nous rassasier d’habiter ensemble tous les jours de notre vie (Ps 8)

2022-C-Mt 6, 24-34 - samedi de la 11e semaine ORDINAIRE- du jamais vu

Pour plusieurs, la foi chrétienne apparaît comme un renoncement à une vie pleinement vécue dans le monde. Elle consiste à faire des sacrifices, des efforts pour obtenir le ciel. Jésus n’a jamais privilégié une telle option. Au début de notre être chrétien, il n'y avait pas de dogmes à accepter, pas de Credo à réciter, ni de recommandations à pratiquer les 613 articles de la loi ou à suivre les leaders religieux qui disent et ne font pas. L’axe central de la prédication de Jésus fut d’éveiller les gens à l’émerveillement du regard de Dieu sur eux. Jésus a pris l’initiative de poser sur nous un regard qui devrait nous étonner. Regardez […]vous valez bien plus qu’eux. Observez la beauté des fleurs.

2022-C-Mt 6, 1-6.16-18- mercredi de la 11e semaine ORDINAIRE- changer de moi

Prenez garde de ne pas être tentés de vous-mêmes (cf. Ga 6,1). Dans les mots d’aujourd’hui cela pourrait dire : prenons garde à ne pas visibiliser notre ego. Passons d’un moi égocentré à un moi écocentré. Ce passage de Matthieu soulève la question du renouvellement, non de ma prescription médicale, de mon permis de conduire. Il s’agit d’un renouvellement en profondeur ou plus exactement d’un appel à se maintenir dans un état permanent de renouvellement. Nous cherchons à changer ce qui est visible, un meuble, une auto, une trajectoire, mais moins ce qui est invisible.

2022-C-Mt 10, 7-13-samedi de la 10e semaine ORDINAIRE- n'emportez rien

Nous partageons tous la conviction qu’il faut s’investir beaucoup quand une cause nous tient à cœur, qu’elle soit d’ordre politique, culturel, social, religieux. Tous, nous sommes d’accord pour donner un verre d’eau ou au moins un petit quelque chose aux personnes dans le besoin. C’est humain.

Mais l’évangile nous pousse beaucoup plus loin que d’exprimer nos convictions sur Dieu. Ça peut frôler l’arrogance que de penser savoir donner les bonnes réponses sur ce qui est Jésus, son royaume. Personne ne possède la totalité de la vérité sur Jésus. Affirmer le contraire est irrecevable aujourd’hui.

2022-C-Mt 5, 17-19 -mercredi de la 10e semaine ORDINAIRE- autrement l'évangile

Une petite phrase est répétée sept fois dans ce chapitre cinq comme pour nous dire que nous sommes durs d’oreille. Moi, je vous dis. Jésus semble insinuer qu’une autre interprétation de la manière de pratiquer la religion puisque c’est de cela qu’il s’agit dans ce discours, est possible. Il est facile de soupçonner que cela a soulevé de vives réactions tant positives que négatives parce que Jésus aborde quelque chose d’intouchable. D’inimaginable. Quelque chose comme un dogme.

2022-C- Jn 14 15-15;23-26 - Dimanche de la Pentecôte- devenir des pétales de Roses

C’est peu connu ici, mais beaucoup en Italie, l’autre nom de la Pentecôte est le dimanche des Roses en référence aux pétales de Roses pour rappeler le miracle des langues de feu.

Souvent pour signifier la grandeur de quelqu’un, on lance sur sa route des pétales de Roses. L’image est très forte : lancer des pétales de Roses, c’est les envoyer dans toutes les directions pousser par le vent. C’est toucher tous les cœurs, croyants ou pas.

2022-C-Jn 21, 20-25 samedi de la 7e semaine de Pâques- osons rêver l'avenir

Pour terminer ce temps pascal, la liturgie, sous l’image de Jean qui ne meurt pas, élève nos regards sur ce que la foi pascale apporte de spécifique : une vie qui ne meurt pas. La foi pascale ouvre sur un impossible croyable. Un impossible que les chrétiens annoncent comme croyable : une vie en abondance sans jamais préciser davantage.

2022-C-Jn 17, 11b-19- mercredi de la 7e semaine de Pâques- le monde est malade

Brutalité, atrocité, inhumanité, barbarie, les dictionnaires ne suffisent pas à décrire ce que nous voyons et vivons ces derniers temps. Nous sommes en présence de l’échec de l’humanité. Il n’y aura pas d’avenir pour l’humanité tant que le pouvoir oppresseur de dirigeants paranoïaques continuera d’alimenter un brasier planétaire. Aucune solution n’est possible sans la promotion d’un grand projet humanitaire que Jésus propose dans sa prière sacerdotale : que tous soient un.

2022-C-Lc 24, 46-53- Ascension- oui, je le veux

Je commence par une question, une question que j’entends souvent aujourd’hui. Si Jésus vivait de nos jours, que dirait-il, que ferait-il ? Je donne la réponse suivante : Jésus a fait sa part, faisons la nôtre ! (Bernard Feillet)