Vous êtes ici

Les évêques québécois réitèrent leur soutien à Développement et Paix

Date: 
Jeudi, 12 avril, 2018 - 10:45

 

Les diocèses du Québec semblent peu enclins à suivre le mouvement de retenue des dons envers l’organisme catholique Développement et Paix. Au contraire, plusieurs diocèses et évêques ont plutôt réitéré le 11 avril leur soutien et leur confiance envers le membre canadien de Caritas Internationalis.

Au cours des derniers jours, certains diocèses canadiens ont annoncé leur intention de retenir les dons de leurs fidèles destinés à l’organisme de développement international lié à la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC). D’abord initié par des évêques albertains la semaine dernière, le mouvement a été rejoint le 11 avril par les archidiocèses de Toronto et de Vancouver.

Ces diocèses justifient leur décision en faisant état de données préliminaires «alarmantes» concernant une quarantaine de partenaires de Développement et Paix, qui ne respecteraient pas les «enseignements» du magistère catholique, notamment en matière de morale sexuelle.

 

Les données évoquées émanent d’un travail de révision des partenaires de l’organisme actuellement mené conjointement par Développement et Paix et la conférence épiscopale canadienne. Ce processus – pour l’instant basé sur des recherches réalisées sur Internet et non sur le terrain – vise à scruter à quel point ces partenaires internationaux ont des actions en accord avec la doctrine catholique. Un rapport final et complet sera produit ultérieurement.

Depuis au moins une décennie, la CECC et Développement et Paix sont régulièrement dans le collimateur de lobbys pro-vie, qui exercent parfois des pressions considérables sur l’épiscopat afin d’éviter que des dons effectués par des catholiques canadiens ne parviennent à des organismes qui soutiendraient l’avortement, les droits des personnes LGBTQ+, la promotion de moyens de contraception non naturels, etc.

 

«Il est essentiel de soutenir Développement et Paix»

Pour le président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ), Mgr Noël Simard, le processus de révision est une «démarche nécessaire» qui doit permettre à l’épiscopat d’être «proactif» et d’éviter de «toujours avoir à réagir aux interventions de groupes comme LifeSiteNews», l’un des lobbys pro-vie les plus actifs. L’évêque de Valleyfield, qui est également membre du comité permanent de la CECC pour Développement et Paix, confirme que l'organisme a fait partie des sujets évoqués lors de la dernière assemblée plénière de l’AECQ, au début du mois de mars. Le sujet a été abordé à l’occasion de la visite du secrétaire général de la CECC, Mgr Frank Leo, celui-là même qui avait envoyé les informations préliminaires à l’épiscopat canadien.

 

«Avec ce qui a été dit, nous [ndlr: les évêques du Québec] sommes d’avis qu’il faut soutenir Développement et Paix», indique Mgr Simard. «Oui, bien sûr, il y a cette enquête. Mais c’est un fleuron de l’Église qui donne une crédibilité quand on parle de pastorale sociale. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas parfois de correctif à apporter ou de travail à faire pour une plus grande transparence, mais nous nous sommes dit qu’il est essentiel de soutenir Développement et Paix.»

L’an dernier, le diocèse de Valleyfield a donné 13 377 $ à Développement et Paix. Mgr Simard affirme qu’il n’est pas question de retenir les dons amassés en 2018, à l’occasion de la traditionnelle campagne Carême de partage. «L’argent ne sera pas retenu. Il sera envoyé à Développement et Paix», a confirmé l’évêque.

[Lire la suite]

 

Philippe Vaillancourt pour Présence -Info