Vous êtes ici

Lebel, Mgr Robert 1976-2000

« Dans la ferveur de l'Esprit »

 

Mgr Robert Lebel est né à Trois-Pistoles (Québec) le 8 novembre 1924. Il a d'abord été élu évêque auxiliaire de St-Jean-de-Québec et fut sacré à Saint-Jean le 12 mai 1974 par Mgr Gérard-Marie Coderre. Il devint le sixième évêque du diocèse le 26 mars 1976 et fut intronisé le 2 mai 1976. Il remis sa démission et prit sa retraite le 30 juin 2000.



 

Mgr Robert LebelOriginaire de Trois-Pistoles, au diocèse de Rimouski, Mgr Robert Lebel nous est arrivé comme un souffle de printemps, le 2 mai 1976, après un « noviciat » de deux ans comme évêque auxiliaire au diocèse de Saint-Jean-Longueuil. Son ministère épiscopal se poursuit , « dans la ferveur de l'Esprit » (selon sa devise), afin de faire croître chez nous une Église plus communautaire, fervente et missionnaire, comme il le rappelle souvent.

 

Simplicité, humilité, humour, souci de concorde, solidité doctrinale, voilà autant de traits qui le révélèrent, dès le début, à ses diocésains. Mgr Lebel s'inséra doucement dans la vie de notre Église, faisant spontanément confiance aux responsables en place. Le but de sa mission était d'abord le service de l'Évangile.

 

Par ses billets hebdomadaires dans les journaux, Mgr Lebel inaugura une nouvelle forme de prédication épiscopale : c'est devenu comme de Bonnes Nouvelles que tous ont plaisir à lire, car on y retrouve l'écho des peines et des joies, des angoisses et des espoirs de notre époque, illuminés par l'Évangile. À travers tout cela, un franc-parler, un sens de l'image, un humour désarmant rendent la foi accessible à tous. Mgr Lebel s'est aussi fait connaître par la visite systématique des écoles et collèges, en vue des confirmations annuelles : les jeunes trouvent en lui un ami, un père et un catéchète convaincant.

 

Dès son arrivée, Mgr Lebel convoqua un concile diocésain qui suscita un regain de participation et d'activités à travers le diocèse : le Peuple de Dieu y exprima son désir d'approfondissement de la foi et de coresponsabilité. Débuta alors une tournée pastorale des paroisses (1980-1988) où Mgr Lebel, entouré de ses collaborateurs immédiats, rencontraient les groupes et les responsables pour faire le point sur la vie pastorale. Un temps fort de cette expérience était la visite à domicile que l'Évêque effectuait auprès des malades.

 

Avec Mgr Lebel, s'est poursuivie la pratique d'une priorité pastorale diocésaine : après l'avoir choisie sur consultation du milieu, Mgr Lebel y engage le personnel pastoral diocésain et se consacre lui-même à mettre en valeur l'objectif. Depuis quinze ans, les priorités suivantes ont été proposées : la solidarité (1975-77), la mission de la famille chrétienne (1980-82), l'intériorité et la transmission de la foi (1982-83), l'Année sainte (1983-84), la mise en œuvre de l'initiation sacramentelle des enfants en paroisse (1984-88), la régionalisation pastorale pour une meilleure évangélisation des milieux (1988).

 

Une autre caractéristique de l'épiscopat de Mgr Lebel est son action pour la promotion des laïques, des femmes en particulier, à des responsabilités importantes : appui à la formation et à l'animation des conseils de pastorale paroissiale, des conseils de fabrique, des équipes liturgiques, des services d'initiation sacramentelle; organisation dans les régions de cours de théologie pastorale de niveaux collégial et universitaire; nomination des laïcs à des postes-clés dans la Curie diocésaine, les conseils diocésains, la pastorale scolaire, la pastorale des hôpitaux et centres d'accueil, etc. Enfin, on lui doit d'avoir offert aux prêtres et aux laïcs travaillant dans l'Église des conditions de travail et des avantages sociaux adaptés à leur condition.

 

Envers et contre tout, il a maintenu la nécessité d'une action diocésaine en faveur des pauvres, des ouvriers, des jeunes, des familles. Il n'a pas hésité à développer le dialogue avec des prêtres laïcisés, des divorcés remariés. Il a toujours accordé une attention particulière à la communauté autochtone d'Akwesasné qu'il visite régulièrement.

 

Mgr Lebel a réorganisé le diocèse sur une base régionale afin de favoriser une évangélisation plus adaptée à chaque milieu. Depuis 1984, il a nommé des prêtres et des laïcs pour agir comme vicaires épiscopaux de ces régions qui sont maintenant au nombre de six (Huntingdon, Soulanges, Valleyfield, Vaudreuil, Beauharnois-Sainte-Martine et Châteauguay), sans compter un regroupement des communautés anglophones.

 

Réunis dans le conseil épiscopal avec ses principaux responsables diocésains, les vicaires épiscopaux de région apportent à l'Évêque les besoins et avis de leur milieux, favorisant ainsi une meilleure concertation avec la base. De 1981 à 1988, Mgr Lebel a réalisé une tournée systématique annuelle d'écoute et de dialogue avec le personnel pastoral de chacune des zones ou régions.

 

Sous l'impulsion de Mgr Lebel, depuis 1976, se sont développés de nouveaux services diocésains, de nouveaux secteurs de vie ecclésiale : formation pastorale, initiation sacramentelle, pastorale familiale, mouvements de jeunes. Il a instauré le diaconat permanent dans le diocèse et participé à la fondation de la Maison Laval (Longueuil), un centre interdiocésain de formation qui accueille nos futures prêtres. L'économat et les archives ont été réorganisés de manière plus efficace. Une plus grande participation financière des diocésains à l'action de l'Évêque a été encouragée grâce à une campagne de souscription annuelle (depuis 1985) et un souper-bénéfice annuel (depuis 1989).

 

Pour la coordination des services, puis de la pastorale diocésaine, Mgr Lebel s'est adjoint un vicaire général : d'abord, feu Mgr Paul-Émile Leduc (1976-1981), puis l'abbé Richard Wallot (depuis 1984). Mgr Lebel a modernisé le Centre diocésain et réorganisé les Conseils de l'Évêque. Plus récemment, en 1987, Mgr Lebel a constitué le Conseil pour les affaires économiques et le Collège des consulteurs, chargés de le conseiller dans les affaires administratives.

 

Un évêque d'une telle envergure ne pouvait passer inaperçu à des niveaux supérieurs. Mgr Lebel a été appelé à représenter l'Église canadienne au Synode romain de 1980 sur la famille, à accompagner le Pape Jean-Paul II durant son voyage au Canada (1984) et à présider la Conférence des évêques catholiques du Canada (1989-91). Ses responsabilités à la C.E.C.C. l'ont mené à des voyages et à des contacts réguliers auprès des épiscopats des trois Amériques et d'Europe. Elles l'ont aussi fait connaître, dans les médias, comme un porte-parole solide, accessible et crédible de l'Église canadienne, capable d'intervenir avec autorité sur toutes les questions de l'heure. Il a aussi fait partie de nombreux comités épiscopaux au niveau québécois : théologie, laïcat, communications sociales, priorités, et, actuellement, il est membre du Comité des ministères.

 

Mgr Lebel est un homme de communion. Il a le souci de réconforter et valoriser les prêtres, d'appuyer et de promouvoir les laïcs, d'accueillir les différences et les audaces, de refuser les exclusions, de favoriser une pastorale de conviction plus que d'obligation. À travers les années, il a su construire des ponts entre les régions et les mentalités fort différentes d'un territoire éclaté et d'une Église affrontée aux défis déroutants de la modernité. Sa parole ne cesse de nous interpeller à ouvrir de nouveaux chantier d'Évangile dans notre diocèse.

 

Richard Wallot, v.g.

Tiré de Témoins d'une Église, 1991